Créer un site internet

Valparaiso du 10 au 13 Août 2009

Valparaiso... Son nom évoque une grande époque, presque un mythe. Une ville qui respire le beau, l'ancien et qui évoque un grand port maritime. Nous faisons route vers" Valpo " comme disent les chiliens...  Avant d´arriver, nous traversons vignes et montagnes sous un soleil radieux... Les montagnes sont étonnantes de beauté. La journée s´annonce agréable... nous apercevons au loin, quelques baraques colorées suspendues à la colline montrant leurs plus beaux atouts et leurs décrépitudes. Le temps de la gloire est révolu... C´est Valparaiso... une ville unique... Le plus grand port du Chili, cette ville est composée de 42 collines avec autant de favelas tournées vers la mer. Une des collines est inscrite au patrimoine mondiale de l UNESCO...

Mais qu'est-ce qui rend cette ville de 270 000 habitants si particulière ?

Il y a tout d'abord son Histoire. Pendant la deuxième moitié du 19e siècle, Valparaiso a connu son apogée : les navires du monde entier y faisaient escale avant de passer par le détroit de Magellan, passage obligé entre l'océan pacifique et atlantique. Port prospère, Valparaiso était surnommée «la perle du pacifique» ou encore «le petit San Francisco». Mais en 1906 un très important tremblement de terre détruit la ville...Huit ans plus tard le canal de Panama, en Amérique centrale, ouvre ses portes. Les bateaux désertent alors Valparaiso préférant passer par le chemin le plus court et le plus facile.

Valparaiso est aussi célèbre pour ses célébrités qui, pour le bien ou pour le mal de leur pays, ont changé le cours de l'Histoire du Chili. Ainsi Salvador Allende et Augusto Pinochet, respectivement anciens président et dictateur du pays, sont nés dans cette ville. Le très célèbre poète chilien, Pablo Neruda, aimait beaucoup s'y rendre et rendit, par ses écrits, la ville célèbre.

Mais ce qui rend Valparaiso unique c'est avant tout sa situation géographique. Cette ville est un port ouvert sur l'océan entouré d'une douzaine de collines escarpées, formant chacune des quartiers très différents où vivent des milliers de personnes. Pour gravir ces collines, il y a deux solutions : prendre l'un des rares funiculaires ou bien marcher...«Escaliers ! Aucune ville ne les a répandus, ne les a effeuillés dans son histoire et sur son visage, ne les a dispersés et réunis, comme Valparaiso. Si nous parcourons tous les escaliers de Valparaiso nous aurons fait le tour du monde». (Pablo Neruda dans «J'avoue que j'ai vécu»)... Alors pour récompenser le marcheur, Valpo, offre ses maisons aux milles couleurs, ses bars bohèmes et ses façades illustrées, sa vue sur le port et l'océan et surtout, son soleil...

Nous posons nos valises dans un  petit hôtel tenu par une mamie fort sympathique...Nous nous trouvons dans le quartier populaire près du terminal de bus. C'est un peu loin des quartiers touristiques très connu de La Conception et Alegre mais c'est tellement plus authentique ici...il y fait bon vivre et le soleil est au rendez vous, malgré l'hiver austral, il fait 20° et les nuages sont rares...Bref tout va pour le mieux et on en profite pour se la jouer "vacances" sans trop de choses au programme.... nous improvisons des ballades récréatives dans les rues de Valpo...nous errons dans les ruelles abruptes et tortueuses. Les façades de la ville sont en tôles et peintes de toutes les couleurs. Un vrai kaléidoscope pour les yeux...  Certaines maisons sont malmenées parfois souillées par le temps et l'usure mais il en ressort tout de même une élégance délicate et colorée. La Perla Del Pacifico est un tableau d'artiste à elle toute seule et la ville cache bien ses secrets...Nous découvrons des quartiers très pauvres, très sales aussi... nous poursuivons notre balade à la recherche des " ascensors ". Fabriqués au 19eme siècle, ces funiculaires sont en bois peint. Le plus vieux est le " Concepcion ". Installés dans cette cabane en bois, la pente semble vertigineuse... Pourvu que le câble et les rails ne lâchent pas...Après une balade agréable dans les quartiers de Conception et Alegre, nous allons jeter un œil à La Sebastiana...Une belle maison originale en forme de coque de bateau et à l´intérieur chaleureux...De grandes baies vitrées nous offrent une vue dégagée sur Valparaiso. Cette maison appartenait au célèbre poète Pablo Neruda, grand admirateur de nos poètes français tels Baudelaire et Rimbaud. Cet homme se plaisait à mettre des noms sur certains objets comme son fauteuil qu´il nommait "nuage" " nube" en espagnol ou à boire dans des verres colorés car, ainsi «l´eau n´a pas le même gout» 

Des jours bien agréables à flâner au gré des envies sous un soleil resplendissant... en plus nous achevons notre voyage à Valpo dans la joie et la bonne humeur... le matin de notre départ pour Santiago, le quartier du terminal est animé et gai, un musicien des rues s'est installé sur la place et joue des airs enchantés sur sa guitare... ceux-ci sont diffusés partout par de gros amplificateurs ... Une nouvelle fois, c'est coloré et joyeux...  Ah, Valparaiso, quand tu nous tiens !!

La Bohème, la bohème, ca voulait dire, tu es jolie,
La Bohème, la bohème, et nous vivions de l´air du temps...

La Bohème, la Bohème, on était jeune, on était fou...

 

 

  

 

C23

Commentaires

  • charlotte
    • 1. charlotte Le 20/08/2009
    Quel plaisir que ce voyage autour du monde partagé avec tous !
    Puissiez vous éveiller les consciences et qu'elles se mettent en chemin pour protéger notre belle planète!
    je ne prends pas le temps de vous écrire mais j'ai sans cesse des pensées et le coeur tourné vers vous...
    Que l'aventure continu !
  • feret veronique collègue de jean pascal
    • 2. feret veronique collègue de jean pascal Le 23/08/2009
    bonjour, il y a bien longtemps que j'avais pris le temps, ce fameux temps qui nous court après dans ce monde moderne europeen, quelles magifiques images et textes bravo à tous
    bonne route
    profitez un max et encore quel courage vous avez eu de partir
    veronque:

Ajouter un commentaire

 
×