Equateur Mai-Juin 2009

Depuis le 15 mai « Ecuador mi querido ! » : Un petit pays au milieu du monde...

Nous sommes arrivés en équateur depuis presqu'un mois...Comment résumer rapidement tout ce temps de vistes et vous décrire le pays et l'ambiance ???

Pour commencer, nous sommes arrivés le 15 mai à Quito : Nichée dans une vallée parsemée de pics volcanique à 2850m d'altitude. Quito est la deuxième capitale la plus haute de monde après la Paz en Bolivie. C'est une ville que l'on apprécie chaque jour davantage... 

Dès notre arrivée à l'aéroport nous sommes accueillis par Chary et son fils José, ils nous ont hébergés chez eux dans un petit village de la banlieue de Quito (à 15 min en voiture). C'est dans une vallée où la vue est magnifique et la vie y est vraiment paisible. Nous nous y sommes sentis tellement bien que nous y sommes restés 10 jours pour découvrir la région, la culture, apprécier les bons petits plats en famille, les délicieux jus de fruits et l'accueil chaleureux des Equatoriens...

     

Quito est la capitale de l'Equateur, elle est perchée dans un écrin majestueux de hautes montagnes. La beauté  de la ville est en partie due à son emplacement idéal, dans une vallée fertile d´altitude entourée de volcans éteints. Un téléphérique permet de monter sur un sommet (a 4.100 m) et de profiter d´une vue imprenable sur la capitale. Chary et Vick son autre fils nous ont emmenés au sommet de la Cruz Loma à 4100 m d'altitude. Si on veut on peut monter à 4680 m : une randonnée qui dure 3 h mais ce ne sera pas pour nous ! La vue sur la ville y est normalement magnifique mais nous n'aurons pas la chance de l'apprécier car des nuages sont présents. 

Le Dimanche, nous avons visités le quartier historique car ce jour là, les rues y sont fermées à la circulation et tous les Quiteños se donnent rendez vous sur les places ou dans les rues de la ville. Le centre historique est un vrai joyau. S'il ne reste rien de son passé précolombien, la ville a su conserver de l'époque coloniale ses somptueuses églises, ses places au pavé inégal, ses maisons blanchies et ses ruelles pentues. Intégré au patrimoine de l'humanité de l'Unesco en 1978, le cœur historique de Quito se visite comme un musée à ciel ouvert !  C'est une capitale  et pourtant elle nous donne une impression de calme. Les gens marchent lentement et nos premiers contacts avec la population sont vraiment positifs. Les Equatoriens semblent sympathiques, souriants, un peu timides au premier abord mais nous avons toujours été bien reçus.

   

   

Le Lundi suivant notre arrivée, les filles ont fait leur entrée à l'école dans le petit village de « el valle » (ça se prononce ballé) près de la maison de Chary. Elles y sont allées pendant trois jours de 7h3o à 1 2h3o car les enfants ne vont pas à l'école l'après midi. Elles se sont adaptées rapidement et se sont  fait vite des copines....  (Pour plus d'infos sur le sujet voir dans la rubrique enfants - écoles du monde)  Les filles ayant l'école le matin nous sommes resté sur la lancée et en avons profité pour terminer les cours du CNED l'après midi...ça y est nous avons terminé l'année scolaire...on va enfin pouvoir se débarrasser de notre valise école...et hop 20 kg en moins...Ce n'est pas trop tôt !!!

Les autres jours nous sommes allés à la découverte de la ville, son ambiance latino et sa culture mixte espagno-indigène... Nous avons visité le musée del banco central qui possède une grande collection d'art équatorien de la période précolombienne jusqu'au sculptures et peintures du 20ème siècle en passant par  l'art sacré colonial...Cela nous donne un bon aperçu historique et artistique...Nous faisons connaissance avec un artiste équatorien que nous connaissons peu : Guayasamín...cela nous donne envie dans savoir plus...Le lendemain, nous nous rendons dans une de ses anciennes demeure...

On y trouve en contrebas une chapelle dédiée à l'homme: « La capilla del Hombre »...Guayasamín, artiste indigène voulait par ce musée rendre hommage à l'humanité pour faire la balance avec toutes ces églises de Quito qui ne rendent hommage qu'a Dieu en oubliant l'essentiel les hommes, les femmes et les enfants qui peuplent ce monde...il y dénonce également les injustices, les crimes de guerre et les souffrances des populations et nous souffle l'éternel espoir d'un monde meilleur...plus qu'un artiste nous découvrons un homme de cœur qui vaut vraiment la peine d'être connu (voir rubrique enfants - cultures d'ailleurs pour plus d'infos)Nous avons également, grâce à Chary qui y travaille, visité l'assemblée nationale et pu admirer la magnifique fresque de Guayasamín...

 

Bref Quito fut pour nous 10 jours de plaisirs, de découvertes humaines et culturelles...Un panel de purs moments de bonheur !

En semaine nous avons profité également pour nous rendre à Otavalo. A deux heures au nord de Quito, Otavalo est « Le » marché artisanal d'Equateur par excellence, on y trouve de tout : de jolis bijoux, des tapis tissés, des instruments de musique, des chapeaux, des pantalons... la plupart des produits fabriqués par les indigènes sont pour les touristes qui y débarquent tous les samedis... Pour nous éloigner un peu de cet aspect touristico-lucratif nous décidons de nous y rendre en semaine et plutôt que de flâner sur la place du marché nous arpentons les villages des alentours pour voir les artisans au travail chez eux...Nous rencontrons un vieux monsieur Kichwa qui nous explique comment il fabrique ses petits paniers...il commence par se rendre dans les montagnes à 3000m d'altitude pour ramasser les feuilles puis il les fait sécher et les tisses avec ses dents, ses mains et ses pieds.. Tout un art...on ne se rend pas compte lorsque l'on voit ses petits paniers pour trois fois rien sur le marché tout le travail que cela demande !!! Nous passerons ainsi la journée  à apprécier le travail des différents artisans chez eux (fabrication de ponchos, manteaux, bonnets....) les filles auront même le droit à une initiation au tissage...

 

 

Le soir nous passerons la nuit au village de Carabuella dans une famille Otavalos fort sympathique. Moments de partage et d'échange très agréables. Nous découvrons la culture kichwa. Une rencontre très apprécié de tous ...dont nous nous  souviendrons ...

    

    

   

Le lendemain nous visitons la ville d'Otavalo pour y découvrir son marché touristique et son marché traditionnel tout en dégustant des fruits...le repas du midi se fera au < Mercado central >. Nous avons pris l'habitude d'apprécier la cuisine locale dans les marchés : soupe de pommes de terre, avocats et fromage, soupe de poulet aux pâtes et légumes, assiette de cochon rôti, riz, avocat et quelques légumes, accompagnés d'un jus de fruit... et le tout pour seulement 1,75 dollars (soit environ 1€30)

    

De retour à Quito, nous allons le week-end sur le site de « la mitad del mundo ». Comme son nom l´indique, le pays est traversé par l´Equateur. A une vingtaine de kms au Nord de Quito on peut voir un monument qui matérialise la latitude 0º0'0'' symbolisant le milieu du monde... C'est l'expédition de Charles-Marie de la Condamine qui permet en 1736 de situer la ligne d'équateur à cet endroit. Les mesures prises à cette époque ont donné naissance au système métrique et ont établies que  la terre n'est pas parfaitement ronde mais qu'il y a un gonflement au niveau de l'équateur...  Mais, en fait, après de nombreuses recherches et calculs, il a était prouvé que Charles-Marie de la Condamine s'était trompé. En effet, le monument érigé au lieu dit 0º0'0'' est en fait situé a 240,15 mètres au sud du véritable point 0º0'0''. Après certaines fouilles autour de ce véritable point, il a été prouvé que les Incas l'avaient déjà découvert. La vraie "mitad del mundo" est donc a quelques dizaines de mètres plus au Nord... Aujourd´hui, grâce aux GPS, on connait très exactement le tracé de la ligne qui sépare les 2 hémisphères. Sur le site, un petit musée permet d´y faire des expériences amusantes mettant en évidence les forces de Coriolis ou les effets de la pesanteur sur notre corps. Par exemple, sur l´équateur, un bassin d'eau se vide droit, sans tourbillons alors que quelques mètres au nord ou au sud, l´eau tourne dans le sens des aiguilles d´une montre (ou inversement). On peut même faire tenir un œuf sur clou sans que celui ci ne tombe, Wouaou !

En plus, ce dimanche, les équatoriens fêtent le 24 mai 1822, le jour où Antonio José de Sucre l'emporte sur les royalistes espagnols sur le mont Pichincha à Quito. Dans la région de Quito (la province de Pichincha) c'est donc un jour de fête ! Nous avons donc eu droit à un concert en plein air et à une foule familiale accompagnée comme il se doit par une ribambelle de stands qui vendent les spécialités culinaires comme le "Ceviche", les "Choclos con queso", "l'Asado de pollo" et des "Secos de  cerdo"...le tout, sous le chaud soleil des Andes...une expérience bien plaisante !

   

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site