Nouvelle Calédonie Septembre 2009

Nouvelle Calédonie du 29 Août au 19 Septembre 2009

Nous sommes en Océanie depuis 6 semaines et nous nous sommes offert de « petites » vacances. Faute d'ordinateur sous le Tropique du Capricorne nous nous sommes coupés de vous et du monde... Mais nous revoilà donc, fidèles malgré tout, et bienheureux de vous raconter nos dernières aventures...

Après quelques jours en Nouvelles Zélande et en Australie, l'arrivée à Nouméa fût un peu comme un choc. Soudain, on entendait parler français partout autour de nous, on reconnaissait les panneaux de signalisation, les bâtiments administratifs, on retrouvait un peu la France... La Nouvelle Calédonie est au bout du monde et pourtant c'est un petit bout de France, loin, très loin de la métropole, isolée dans le Pacifique et c'est ce qui fait qu'on s'y sent à la fois un peu désorientés et en terre connue.

   

Ici, la vie est hors de prix, nous le savions avant d'y venir et nous avons rapidement constaté que le choix en matière d'hébergement est plus que limité. En dehors de Nouméa, il est très difficile pour une famille de voyager de façon économique... Sorti de la « ville blanche », il n'y a pour ainsi dire « rien d'économique !». A Nouméa, nous avons donc fini par atterrir à l'Auberge de jeunesse, accueillante et bien située au sommet d'une colline surplombant le centre ville...De là-haut, on a vue sur le lagon qui se profile à l'horizon et plus loin encore l'océan. Nous avons commencé notre séjour ici par régler quelques problèmes administratifs concernant l'école pour les filles et l'achat des livres pour la rentrée... Nous avons passé trois jours à fouiller les librairies à la recherche des livres, entrecoupé de plage et baignades sur la baie des citrons...Nouméa est une ville tranquille (voir comme inanimée le dimanche)...Il y a très peu de touristes en ce moment, quelques japonais et pas mal de  jeunes français venu chercher du boulot, c'est tout! Mais nous ne sommes qu'au début du «printemps» et c'est encore la basse saison... La ville est relativement récente, avec un charme vraiment particulier, quadrillée d'avenues rectilignes, avec une grande place centrale: la Place des Cocotiers... Pourtant, dès qu'on s'en éloigne, on se rend compte qu'elle est une sorte de «capitale» et que c'est là que tout se concentre... L'envie dans savoir plus, nous a poussé hors de la ville...nous avons décidé d'investir dans du matériel de camping et de prendre le large pour voir un peu plus loin que cette ville «à la française»...

Direction l'île des pins... Là ce fut la découverte d'une île magnifique : sable blanc, cocotiers, gens très accueillants et ambiance relax un vrai éden ! Milles fois nous nous sommes répétés : « Waouh ! Merci Lionel !! » (Sans lui et la discussion que nous avons eus ensemble à Noël dernier nous ne serions peut-être pas venus en Nouvelle Calédonie... !!! Merci pour tes conseils Couz Lio, tu as raison c'est vraiment magnifique ici et on aurait vraiment manqué quelque chose si on ne l'avait pas fait !!!)

        

Sur l'île, nous nous sommes installés dans un petit camping dans un décor tropical et plein de charme en bord de plage... Là, baignages, découverte de la faune aquatique avec masque et tuba, sieste sur la plage étaient au programme...nous avons passé 4 jours fantastiques à 4 dans ce petit paradis... Julie et Lucie se sont concoctées leur planning de jour de rentrée...Ce jour là, pendant que tout les écoliers de France faisaient leur rentrée, nos deux petites voyageuses ont pris leur petit déjeuner tranquille, sous les cocotiers, en admirant la mer turquoise. Ensuite elle ont passé la matinée dans ce qu'on appelle ici la « piscine naturelle » à admirer le décor sous l'eau avec masque et tuba... un site splendide, une petite crique abritée par les rochers, où vivent des tas de poissons multicolores... Pour le déjeuner, à défaut de cantine, nous avons commandé des langoustes grillées au petit bar du coin et après une sieste sur le sable fin, nous sommes repartis à la découverte des fonds marins ! Que du bonheur ! C'est vraiment ça les joies d'un tour du monde...De vrais moments de bonheur loin du stress à l'occidental ! Mais bon nous n'allons pas détailler plus, le but ici n'est pas de vous en mettre plein la vue et de vous dire regardez ce que l'on fait pendant que vous trimez au boulot !! On vous raconte juste notre aventure espérant qu'elle vous apporte un peu de couleur et de soleil...  

            

Après 4 jours de rêve sous les pins de l'île, nous avons repris le bateau pour Nouméa où Monique et Jean-Luc et les 3 enfants nous on reçu chez eux... Encore une bonne rencontre aux détours du monde...Nous avons passé un week-end agréable, avons visité le centre culturel Tjibaou, dont l'originale architecture, inspirée des cases traditionnelles mélanésiennes et réalisée en bois exotique, est véritablement magnifique.

    

Après avoir repris des forces en compagnie de nos adorables hôtes Monique et Jean-Luc, et, pour les filles, passé un week-end entre jeux et rigolages avec Aurélie et Jérémy, nous sommes repartis pour un nouveau périple Calédonien. Cette fois c'est le tour de l'île principale «Grande Terre » que l'on a attaqué avec une super Twingo !! (Un peu serrés mais bon ça passe !)  Le lundi, après quelques courses Place des Cocotiers à Nouméa, direction le Nord par la côte Ouest.

    

La première étape sera du côté de Bourail sur la côte nord ouest de Grande Terre afin de profiter de la plage de Poé. Ici aussi nous étions pratiquement seuls. Le lieu est pourtant touristique, c'est là que se trouvent la Roche percée, la baie des Tortues et un superbe lagon

La Roche Percée est un morceau de falaise qui n'est plus percé depuis qu'un récent éboulement a détruit la curiosité géologique qui a donné le nom au site. Il va falloir trouver un nouveau nom !

Non loin de là se trouve la magnifique plage de Poé... Nous sommes installés dans un camping sympa, les pieds sur la plage...Au réveil, le programme s'est donc annoncé d'emblée : plage, farniente et baignade dans un lagon qui se mérite : Si l'on veut s'y baigner on doit d'abord marcher pas mal, traverser un champ d'algues puis un somptueux récif de fleurs de corail  avant d'arriver enfin dans « l'aquarium. »...Là, on peut nager dans une eau turquoise, très claire et chaude. Au loin, les vagues qui arrivent du Pacifique viennent se fracasser sur le récif. L'endroit est sauvage et préservé...Dommage qu'il faille marcher un quart d'heure avec de l'eau au genou avant de pouvoir faire quelques brasses ! Mais le paysage est splendide et les filles trouvent que c'est amusant de jouer sur la plage (!!! Qu'est ce qu'on devient difficile...on en arrive à trouver fatiguant d'avoir à marcher un peu dans un paysage magnifique pour devoir nager !!! eh revenez sur terre les ‘'Aubourg du monde'' !!! Parfois on divague tellement on est déconnecté de tout...ça doit être un effet tour du monde...à force de se trouver toujours dans des paysages tous plus beaux les uns que les autres on commence à titiller sur des détails !!)

    

Nous sommes partis ensuite vers Pouembout où nous avons cherché une ferme d'accueil pour touristes... Après quelques indications, la mairie nous indique la route de la ferme... Le jeu de piste commence...On roule pendant une vingtaine de km sur une piste qui s'enfonce au milieu des pâturages. Nous croisons de drôles de taureaux !! Parfois, il faut passer des petits cours d'eau à guet... C'est fun avec la Twingo !! On arrive devant le panneau d'entrée de la propriété... puis finalement devant une barrière fermée, au loin une ferme mais personne à l'horizon... Déçu nous rebroussons chemin, il semble que l'expérience à la ferme ça ne sera pas pour cette fois !!!

Nous nous installons donc au camping à Voh, près d'un petit port et comme toujours à deux pas de la plage... On  allume un grand feu, ambiance très sympa sous un ciel étoilé, tous les 4 autour du feu de camps...Après une très bonne nuit et un réveil matinal (nous nous levons ici avec le levé du jour vers 6h...vraiment le décalage horaire nous fera faire n'importe quoi... ceci dit ça nous plait, nous profitons chaque jour du levé du soleil sur la mer et les journées sont ainsi plus longues !!)

Ce matin là, nous partons à la découverte du cœur de Voh rendu célèbre par Yann Arthus Bertrand, il l'a photographier pour nous adresser un message réclamant un peu plus de respect et d'amour pour notre planète...On en profite pour se le rappeler aussi... une balade agréable sous le soleil... On peut constater aussi que la nature est vraiment belle et bien vivante...le site à un peu changé depuis la photo : le cœur devient de plus en plus difficile à deviner... Heureusement, on en à découvert un autre non loin de là. Mais chut !!... en voici sa photo :

  

Après cette belle échappée, nous reprenons la route direction Koumac que nous quittons après un bon resto pour arriver avant la tombée de la nuit à Poingham tout au nord de l'île. Aujourd'hui mercredi 09 09 2009, Lucie fête ses 10 ans !! ça y est, même notre petit bout fait partie des grands !! Elle entre dans les dizaines !!

    

À la pointe la plus au nord de l'île (rien à voir avec notre Nord et Lille) c'est ambiance sable blanc, cocotiers, musique des îles...Le paysage est magnifique, on est aux anges ! On pose la tente deux jours face à la mer... Malheureusement, le vent se lève dans la soirée et nous aurons deux jours de vents qui «altérerons» un peu ce bout du monde paradisiaque !!

     

Nous partons ensuite pour Pouébo à l'est... Il faut passer de l'autre côté de la chaîne de montagne qui partage l'île en 2. Nous traversons de splendides forêts et de belles rivières au fond de canyons. Nous nous arrêtons pour voir les carpes essayer de remonter une cascade au milieu de roches sculptées par l'eau... Arrivés sur la côte Est, le paysage est radicalement différent. Plus de grands pâturages mais plutôt une végétation effrénée type forêt tropicale et de splendides flamboyants (arbres de couleur orange) tout au long de la route.  

    

   

 Le paysage devient de plus en plus sauvage et les côtes abruptes. Nous traversons de nombreuses rivières sur de petits ponts. Les rivières font souvent de remarquables cascades qui dévalent de la montagne...  Nous croisons de drôles d'étals partout sur le bord de la route...Ici et là se pratique une vente de fruits & légumes ou d'artisanat bien local : les récoltes et les arts sont posées sur une table au bord de la route, avec un petit carton pour indiquer le prix, le client se sert et met l'argent dans une boîte. Le vendeur lui, reste bien cool chez lui, non loin de là, et surveille du coin de l'œil. Le plus rigolo, c'est que souvent l'arbre est juste à côté de la table qui en vend les fruits, et qu'on a très envie de se servir directement dans l'arbre ! Mais tout le monde respecte, c'est la règle...  A propos de local, je ne résiste pas à l'envie de rapporter ici une blague locale : Un kanak est à l'hôpital car il doit subir une légère opération. On lui indique « Vous allez subir une anesthésie locale. » celui-ci répond « Ah non pas la locale, je veux une anesthésie de métropole comme tout le monde ! ».

 

Nous nous installons au camping de Kolnett chez Mari-Lou et passons la journée entre cascade et plage de sable fin...La vie cool à la mode calédonienne...On se sent bien ici !

Puis, nous poursuivons notre parcours vers Hienghène, toujours dans un paysage splendide, entre cascade, forêt tropicale et rivières, nous en passons certaines à gué, d'autres sur de minuscules ponts...la rivière Ouaième, par contre, est elle trop profonde et en plus il parait qu'il y habite un monstre qui doit pouvoir passer librement ... il n'est donc pas possible de construire un pont. Alors on prend le vieux bac typique qui va bientôt être rénové... Le cadre est magnifique, ça fonctionne 24h/24, 7 j/7 c'est une étonnante traversée...Le teuf-teuf du moteur rappelle celui d'un vieux tracteur !

 

    

Enfin nous arrivons à Hienghène et les immenses falaises noires illuminées par le soleil de fin d'après-midi nous font une belle surprise. Nous nous arrêtons à différents belvédères pour voir les célèbres «animaux» que l'on distingue dans la roche : le sphinx et la fameuse poule !

    

Une autre surprise nous attend en ce week-end, le 39ème tour cycliste de Nouvelle Calédonie passe par ici. Alors tout le village ou plutôt toutes les tribus Kanaks et leurs chefs sont rassemblées sur le terrain de foot pour fêter l'événement. Moment d'échanges et de plaisir. Danses, concerts sont au programme durant les deux jours. Une multitude de stands sont installés. On peut y acheter des plantes, des robes, bijoux, livres, fruits et légumes, le tout local bien sûr. On peut aussi se restaurer avec de délicieuses brochettes de cerf ...De bons instants en toute simplicité... avec en plus, le samedi soir, un superbe feu d'artifice sur la baie de Hienghène.

Les beaux paysages, l'ambiance de fête et la gentillesse des gens du coin, tout nous poussait à nous attarder là... Nous sommes donc restés 5 jours au camping chez Babou, où nous avons planté la tente à environs 3m50 de la plage afin d'être bercé par les vagues, de profiter de la vue sur la mer et des levés et couchés de soleil  magnifiques...trop dur la vie en Calédonie !!!

En face du camping, à 20 min de bateau, se trouve le petit îlot Hienga. Une petite virée s'imposait... La famille prête à plonger... équipés de masques, tubas, palmes et combi et donc parti pour une aventure marine !!

C'est sans doute la plus belle variété de coraux qu'on ait vue, des durs, des mous, des bleus, des verts et une foule de poissons. Le tout avec les explications d'expert de Thierry... Avant la visite sous-marine, nous avons fait un petit tour d'exploration de cette île déserte et sauvage. Nous nous sentions un peu comme Robinson Crusoé ! On aurait bien passé plusieurs jours sur « notre » île !!!

    

De Hienghène, nous avons aussi pris une mauvaise piste qui mène à la tribu de Tiendante, loin dans les terres...Ici on ne se sent vraiment plus en France...

Après avoir croisé des chevaux sauvages en liberté et longé des tas de bananiers nous sommes arrivés au village... là sur une petite place trône la tombe de Jean Marie Tjibaou, enfant du pays. En hauteur près de l'église on aperçois aussi les tombes des 10 tués dans la fusillade de 1984... Un peu plus loin, nous rencontrons Bernard, il est l'un des rescapés de cet évènement tragique...il a eu l'idée de faire un gite-camping dans son jardin pour révéler la parole des victimes qui a été étouffé. Il tire profit de ses hôtes pour apporter son témoignage...Il porte encore aujourd'hui dans son cœur les stigmates de l'humiliation et la douleur que le colonialisme a fait subir aux Kanaks... Nous avons très peu discuté avec lui (les kanaks sont en général très réservés et peu causant surtout sur ces sujets sensibles !) mais les quelques mots et silences échangés furent très troublants et émouvants... Les évènements sont trop proches encore et la douleur trop profonde pour s'être estompée... Espérons que les générations futures sauront pardonner et vivre ensemble sans heurts, d'égal à égal !!

Nous logerons dans le jardin de Bernard, sous la tente, face à la rivière près des chevaux sauvages ! Le hameau est niché au creux d'une vallée tranquille, une chefferie typique de la culture kanak. Pour le visiter, il faut demander l'autorisation au chef du village. C'est Bernard qui le représente, il nous reçoit simplement et avec beaucoup de sympathie. Il nous a expliqué le mode de fonctionnement tribal lié à la culture océanienne et toujours en usage ici. Nous avons compris à quel point les relations entre les diverses populations implantées en Calédonie restaient fort complexes... Chacun doit trouver sa place, les kanaks revendiquent leur indépendance, tout en étant dépendants de l'état français. Les coutumes et les traditions restent très fortes au sein des tribus... blancs et noirs se mélangent un peu mais pas trop (c'est surtout flagrant à Nouméa)... Mais le temps améliore les relations et les enfants qui partagent de plus en plus les bancs d'école son un espoir pour l'avenir !!

    

Nous déjeunons d'un très bon repas préparé par la femme de Bernard : le fameux Bougna ! (du poulet et de nombreux légumes du coin : Igname, taro, banane plantain, patate douce, etc.)

Au mur de la « salle de repas », est épinglé un portrait de Jean-Marie Tjibaou. En discutant avec Bernard, il nous apprend que c'est l'un de ses oncles éloignés. En effet, le leader indépendantiste est originaire de la tribu de Tiendanite. En 1984, deux de ses frères et le frère de Bernard ont été tués dans la fusillade qui visait les camions du FLNKS qui rentraient à la tribu après une réunion à Hienghène. 10 kanaks furent abattus et leurs camions brûlés. Selon la Ligue de Droits de l'Homme, le jugement des coupables caldoches a été rendu en dépit des règles élémentaires de l'impartialité.

Le lendemain, nous nous sommes arrêtés devant les carcasses des camions qui ont été conservées en mémoire de l'événement. Avant d'arriver sur les lieux, nous avions expliqué aux enfants ce qui s'était passé ici. Tout les 4 avons été assez émus tant ces vestiges étaient parlants...

Ici encore, comme dans les pays Amérique du sud, ou encore en Nouvelle Zélande ou en Australie, on rencontre les empreintes néfastes du colonialisme et même s'il est clair pour tous que ce temps est révolu, il semble que les inégalités et les différences marquées entre les uns et les autres soit encore de rigueur !!!

Comment justifier qu'un pays s'empare d'un autre pays que le sien et s'en déclare possesseur ? Le colonialisme s'est toujours justifié sous le couvert qu'il serait une œuvre civilisatrice, un bien pour le peuple conquis ! Ne serait ce pas plutôt l'habit du racisme qu'il reflète ?? Son idéologie est celle de la supériorité de sa race, sa religion et de sa culture sur celle des autochtones des territoires conquis... Tous nos pays occidentaux ont conduit leur politique coloniale en usant de la violence contre les peuples dont ils ont usurpés les droits et décidés le destin sous prétexte de leur apporter le « bien être » selon nos normes occidentales... Ces bonnes intensions, les réalisations faites doivent elles justifier le fait colonial ??? Espérons qu'un jour tous ces pays, territoires prendrons le chemin de la paix, du respect et oseront vraiment regarder la vérité en face et reconnaître que les inégalités entre les personnes d'origine européenne et les populations autochtones sont encore bien présentes... même si, bien heureusement, elles s'estompent avec le temps !  Oser regarder les réalités et reconnaître les erreurs et les injustices encore présentes, refuser la domination intellectuelle ou financière de l'un sur l'autre est la seule condition pour que tous ces peuples puissent construire leur avenir ensemble dans la totale reconnaissance de la culture, de l'identité et la dignité de l'autre.

C'est donc sur ce passage très bouleversant que nous avons conclue notre séjour à Hiengène...

Plus tard, nous avons traversé de nouveau les montagnes pour revenir sur la côte Ouest du pays. En chemin, nous traversons une immense mine de Nickel... La richesse de la terre, les minerais que l'on exploite ici sont très importants pour l'économie de Nouvelle Calédonie.

Un peu plus loin, après des paysages magnifiques, nous arrivons à Koné... 

Nous passons une excellente nuit dans une aire de repos... Le décor est magnifiques et le site très bien aménagé... Le lendemain matin, nous avons le temps de faire trempette et de se la couler douce quelques heures sur la plage avant de reprendre la route... 

Nous n'avons rien fait d'autre durant tout ce voyage que nous emplir les yeux de bleu, de turquoise et de vert et nous emplir l'esprit d'un peu de la culture kanak. Les villes de Calédonie, sont en fait plus des gros villages complètement perdu avec peu d'animations et qui se vident dès la nuit tombée...( sauf les jours de fêtes !)

Le soir de notre retour à Nouméa, Monique et son fils Philippe nous avaient préparé le repas : du porc sucré. Humm...délicieux ! Le lendemain ce sera notre tour aux fourneaux pour remercier toute la famille...Merci 1000 fois à vous 5 pour cet accueil royal !!

Nous n'oublierons pas cette étape magique de notre tour du monde...

Voila, vous en savez un peu plus sur notre périple durant ces semaines de silence...d'ici peu je vous raconterai notre écharpée australienne... en attendant, je vous fait de gros bisous à tous et vous envoie un gros bouquet de couleurs et de soleil !!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×